Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Restaurant du Lion d'Or à Montricher

Publié par Koyangi sur 3 Avril 2012, 01:00am

Catégories : #Les restaurants

Lundi 2 avril.

Les points positifs : j'ai reçu un fantastique colis de Magali, une de mes lectrices en or, qui contenait un soin pour les ongles, une souris pour Kimchi, deux canards en chocolat pour Pâques et du... gel douche (yeepiiiii !!!), alors que j'aurais pu craquer en utilisant tout de suite le gel douche (enfiiiiin) et dévorer les canards en chocolat, j'ai été sage et ai décidé de garder mes cadeaux pour Pâques. Je serais en effet toute contente de croquer dans les canards à Gênes ce dimanche (stoïcisme)

Les points négatifs : rien, j'ai repris le contrôle de ma vie (hi hi hi)

 

Si l'on peut relever une certaine tendance à l'uniformisation des blogs de fille, j'ose espérer que j'ai su garder mon originalité "brut de pomme" sur le mien, originalité non intentionnelle d'ailleurs puisque je suis comme ça dans la vraie vie.

 

J'avais déjà commencé à salir ma réputation de "jeune fille en fleur évanescente" à la Sofia Coppola en vous parlant du Café des Bouchers (je suis une fille qui mange et pas que des cupcakes) et aujourd'hui, hélas, je crois bien que je vais l'enterrer définitivement avec mon dîner au restaurant du Lion d'Or à Montricher !

 

Ne croyez pas que je méprise les jeunes filles en fleur, j'aurais moi aussi adoré être une Princesse dans son château enchanté avec du rose et des coeurs partout et faire plein de "hiiiiiiiiii" et de "gniiiiiiiii" devant des licornes ou le dernier vernis OPI (à choix, selon ses priorités). Non, sérieux !

 

Pour les non-Suisses qui passeraient par là, Montricher est un petit village perdu dans la campagne vaudoise au pied du Jura (euh, bernois ?) et je n'y serais probablement jamais allée, faute de savoir quoi y faire, si nos amis roumains ne nous avaient pas vanté "la sauce à salade maison, les énormes steaks de boeuf à la sauce maison, les frites maison et les profiteroles au chocolat maison" que l'on trouvait là-bas.

 

Ni une, ni deux, Aline, Lobo, Ioan, Dana et moi sommes partis dans la nuit noire, tels des loups affamés à la recherche de viande fraîche ou des Tyrannosaurus Rex à la quête d'un scientifique juteux à croquer dans le Parc Jurassique (en vf dans le texte). Quant à Lui, il a fait la fête de son côté - soi-disant avec ses amis alors que Lobo et Ioan sont ses amis et pas les miens à la base, cherchez l'erreur - mais j'ai appris par la suite qu'il avait rendez-vous avec Marcelline, sa maîtresse suisse allemande qui était un canon de la mort quand elle avait 25 ans, sauf que c'était en 1947. Dans ces conditions, vous comprendrez que je fasse preuve d'indulgence et que je ferme les yeux sur ses incartades parce que, avouons-le, c'est plutôt moche et je le plandrais presque !

 

DSCN6719.JPG

 

Quand on franchit le seuil d'un restaurant à la campagne, on ne s'attend guère à voir une belle décoration avec du mobilier design et on a bien raison ! Souvent, la porte principale ouvre sur le bistrot où en tant que citadins, on oublie de saluer les gens parce qu'on n'en a pas l'habitude (oups) et on s'assoit, un peu intimidé, à une table qui, au final, était assez joliment dressée : nappe rose, serviettes roses pliées en forme de lys, rose rose, euh non, rouge... Un peu trop de rose et de lambris peut-être ?

 

DSCN6720.JPG

 

Qu'importe l'apparence puisque nous n'étions pas là pour ça ! Le choix du menu a été vite fait pour tout le monde :

 

DSCN6721.JPGUne salade verte à la sauce maison délicieuse, que l'on sauce avec plaisir même si la baronne de Rotschild ne le conseille pas, mais on passe outre ! 

 

Mars-2012-1590.JPG

 

Le clou du spectacle : le filet de boeuf bûcheron, soit un filet de 400-450 gr. au lieu des 200-250 gr. proposés sur la carte pour les "petits mangeurs" ;o), cuit à la perfection et accompagné de légumes croquants, d'une sauce Café de Paris maison ainsi que d'une grande assiette de frites croustillantes maison ! Le filet était une tuerie, j'ai rarement mangé une viande aussi bonne et d'une telle qualité, sans la moindre trace de gras ni de nerf visibles. Lobo qui avait demandé une cuisson bleue et non saignante comme moi, pouvait le découper à la fourchette ! Je me suis régalée et j'ai même fini la viande de Ioan qui n'en pouvait plus. Oui, je sais, je suis monstrueuse... Je vous avais prévenus que "Shrek" était "back" !

 

DSCN6726.JPG

 

J'ai résisté à l'appel des desserts, pour cause de Carême oblige (mais oui, c'est ça) et n'ai plongé qu'une cuillère dans l'assiette de Dana qui avait commandé des profiteroles maison au chocolat et qui étaient à tomber !

 

Quand je pense qu'en ville, un filet de boeuf minuscule et rikiki est facturé à CHF 46.- et qu'on paie le même montant pour l'énorme filet bûcheron maouss costaud à Montricher, cela me laisse songeuse...

 

Vous l'aurez compris, le restaurant du Lion d'Or est devenu pour moi une adresse incontournable et imbattable quant au rapport qualité-prix. Le lieu est un tantinet bruyant mais pittoresque, surtout quand une tablée de Fribourgeois se mettent à entonner le ranz des vaches, chant traditionnel des armaillis qui, paraît-il, faisait déserter les mercenaires suisses en masse quand ils entendaient cette hymne à la Mère Patrie au temps jadis. J'ai également apprécié le service aimable et sans chichis ainsi que la propreté de la salle, attestée par la blancheur immaculée des rideaux ! Puis, si vous n'aimez pas la viande, vous pouvez toujours vous rabattre sur les filets de perches ou la salade d'écrevisses que je me ferais un plaisir de tester une autre fois !

 

Restaurant du Lion d'Or / Rue du Bourg 24 / 1147 Montricher

Commenter cet article

Adeline 03/04/2012


Simple et apparemment délicieux !! je ne sais pas si j'aurai pu manger toute la viande .. mais les profiteroles, oui !

lumina 04/04/2012


J'habite Paris mais ce restaurant est une excuse à lui seul pour déménager en Suisse !!!! Ça à l'air trop booooooon

Hélène 04/04/2012


hummmmmmmmm les profitéroles!!! en plus quelle jolie présentation!

michel 05/04/2012


Bonsoir,


Impec ce plat, concernant un bon morceau de viande j'ai tésté le taquet à Villars le Terroir la viande était parfaite comme je pense la votre ,mais par contre je vois que vous avez été plus
gatée pour les frites et l'accompagnement légumes et je n'ai pas mangé un aussi bon dessert que les profiterolles. J'avais prévu d'essayer l'auberge communale de Pailly qui aussi est réputé
pour son taquet, aprés avoir lu votre article je penserai aussi faire une visite à Montricher

Anne-Laure 05/04/2012


Je trouve ça tellement plus sain une fille qui apprécie manger et se faire plaisir !


La vie est trop courte ; autant en profiter. Pour moi aussi ça se passe du côté de l'assiette. Bon pas sûr que j'aurais tout pu avaler d'un coup. Je suis du genre petit estomac mais qui boulotte
toutes les 2 heures ! ^^


Je sens qu'on va vraiment bien s'entendre. Ah ah.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents