Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Dominique Loreau et Inès de la Fressange

Publié par Koyangi sur 8 Août 2011, 22:00pm

Catégories : #La bibliothèque

Depuis mon voyage à New York, où j'ai fait chauffer ma carte bleue à tout va sans compter ici, ici et ici, plus un article à venir prochainement, j'ai calmé ma fièvre consumériste après avoir lu les livres suivants, achetés eux-aussi, il est vrai, mais je les considère comme un investissement.

 

Dominique Loreau, la grande "gourou" de la simplicité, a publié récemment deux ouvrages, qui viennent s'ajouter à ma désormais longue liste d'essais de l'auteure commençant tous par l'Art de... : 

 

38824332_8377498.jpg

 

Quand j'ai acheté le livre Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi, je me suis bien gardée d'en informer Lui afin qu'il évite d'éclater de rire et de se moquer de moi ! Certaines femmes cachent leur énième paire de chaussures, amant ou sac à main à leur conjoint, moi, je planque des livres ;o) Parce qu'il faut savoir que je suis loin d'être une femme au foyer irréprochable et que selon Lui "Je ne sers (toujours) à rien dans un ménage". En plus, nous avons une femme de ménage qui passe chez nous chaque semaine pour nettoyer notre intérieur, repasser et plier nos vêtements avant de les ranger dans la penderie, sans oublier de changer les draps du lit, sortir la vaisselle propre du lave-vaisselle et de mettre de l'ordre dans le frigo en plaçant les aliments avariés, bien en vue et à notre grande honte, sur le plan de travail de la cuisine. Cette femme est une Sainte et Lui parle souvent de l'épouser. Ceci pour vous expliquer que je ne fais rien à la maison à part me tourner les pouces, alors, on peut imaginer qu'un manuel sur l'art ménager ne m'est guère utile, a priori. Je dis bien a priori car ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est la manière qu'a Dominique Loreau de nous présenter les tâches ménagères non pas comme une corvée, mais comme une façon de progresser dans le rapport avec soi, en s'appuyant largement sur son expérience et les notes qu'elle a prises lorsqu'elle était dans un temple zen au Japon. L'objectif est bien sûr de vivre dans un environnement propre, rangé et débarrassé du superflu, mais pas que : En amenant de la clarté et de la netteté à son intérieur, on se recentre et on purifie en même temps son esprit. Dès lors, chaque geste pour se dépoussiérer, au sens propre et figuré, est essentiel et j'ai été surprise de lire que les Maîtres Zen considèrent le nettoyage des WC comme l'une des activités les plus importantes de l'existence !

 

Au fil des pages, j'en suis presque venue à demander à Lui de congédier notre femme de ménage pour que je puisse m'adonner moi-aussi à l'élévation de mon être supérieur en accomplissant les besognes les plus simples et les plus ingrates, mais me suis ravisée rapidement : Pourquoi me priver d'une aide précieuse qui m'apporte un confort immédiat dès que je rentre chez moi ? C'est aussi ça, la simplicité ! ;o) Puis, il serait difficile pour moi de faire comprendre à notre femme de ménage que j'ai décidé de supprimer tous les produits de nettoyage que nous avons à la maison pour les remplacer par des chiffons et de l'eau (les moines zen n'ont besoin de rien d'autre pour astiquer leur temple du sol au plafond) ou, en moins extrême, par du vinaigre blanc, du bicarbonate de sodium, du savon noir et de l'huile de coude dont D. Loreau explique très bien le mode d'emploi dans un chapitre consacré à l'entretien de la maison.

 

Malgré tout, ce livre m'aide au quotidien dans le sens où même si je ne frotte pas moi-même le carrelage de la douche ni ne lustre le parquet ciré à la maison, je m'efforce de me concentrer sur chaque action que j'effectue dans l'instant présent, que ce soit de préparer un colis pour la Poste, d'avancer dans mes projets professionnels, de trier et de ranger mes affaires ou encore de rédiger mes listes de courses, en tentant de les accomplir du mieux possible, ce qui rejoint l'autre versant du zazen qu'est le samu, qui n'est pas le service d'aide médicale urgente dans le texte, mais "la pratique des tâches quotidiennes et des travaux manuels - cuisine, nettoyage, jardinage... - dans l'esprit de zazen, autrement dit l'esprit d'éveil, qui permet d'équilibrer les périodes d'immobilité avec les périodes d'activité".

 

Quant au ménage proprement dit, il y a toujours plein de menues bricoles à faire dans une maison : pour moi, ça consiste par exemple à trier et à me débarrasser encore et toujours de mon superflu (quoique je ne suis pas une "collectionneuse" et j'essaie de ne conserver que ce qui m'est nécessaire ou, du moins, ce qui m'est précieux), à ranger toutes les affaires que j'ai utilisées dans la journée et à garder le plan de travail propre à la cuisine, si possible sans fruits et légumes pourris ;o) (là, j'ai encore de gros progrès à faire).

 

9782081255678.jpg

 

Du même auteur, 99 objets nécessaires et suffisants est une publication dispensable dans la mesure où Dominique Loreau ne fait que nous présenter ses 99 objets de prédilection, sélectionnés avec soin et selon ses critères, avec une page d'explication et une photo pour chacun des 99 objets en question, répartis dans les catégories habillements, soins du corps, cuisine et logement. Cette liste rappelle d'ailleurs beaucoup (voire est complètement pompée ?) sur The 100 Thing Challenge initié par Dave Bruno sur le Net, sauf que D. Loreau a décidé de s'arrêter à 99 objets, "nombre psychologiquement contrôlable" d'après elle. Ma foi, si elle le dit...

 

Après, on est d'accord ou pas avec son choix : un frigidaire, une armoire à cuillères, un évier en fer et un poêle à mazout un vanity, un pilon et un mortier, une paire de boucles d'oreilles en diamant, un set de vaisselle asiatique, un jean, un set de vaisselle européenne, un kit pour le thé, un trench Burberry, un panier en osier pour les courses, un nécessaire de couture, etc. Pour ma part, je me vois mal porter un "slack pant" (pourquoi pas un jogging tant qu'on y est ?) et je déplore le manque de fantaisie dans ses vêtements et accessoires tous uniformément sobres et noirs (parapluie, sac, trench, chapeau, chaussures...) mais elle est cohérente avec ce qu'elle prône dans ses livres depuis 6 ans déjà et j'ai trouvé intéressant de découvrir ses "fidèles serviteurs", comme elle les appelle, un peu comme si elle m'autorisait à entrer chez elle et à ouvrir ses placards ! ;o)

 

Pour suivre son exemple, j'ai décidé de dresser à mon tour ma liste des 99 objets dont vous trouverez déjà quelques éléments sur la colonne de gauche dans la catégorie "Chez moi". Pour l'instant, il y a plusieurs sortes de savon sous forme solide ou liquide (un seul savon suffit, s'écrierait cette chère Dominique ;o)), que je regrouperais dans un ensemble à l'occasion, mais même si je ne respecte pas les contraintes de "nécessité et de suffisance", il n'en reste pas moins que mes 99 objets sont des choses dont l'absence me ferait cruellement défaut. Par ailleurs, contrairement à Dominique Loreau, je ne compte pas y inclure d'articles ménagers comme une balayette/ramassoire ou un fer à repasser, objets qui facilitent grandement la vie, certes, mais qui ne m'appartiennent pas en propre puisque je les partage avec Lui. Enfin, je compte rédiger un petit article de présentation sur chaque nouvel objet qui rentrera dans cette liste à l'avenir.

 

gadgets-la-parisienne-ines-de-la-fressange-cuir-rouge-livre.jpg

 

Pour compléter mes réflexions sur les notions du peu, beau... mais luxueux quand même ;o), j'ai parcouru avec beaucoup de plaisir le guide La Parisienne d'Inès de la Fressange - co-écrit avec la journaliste Sophie Gachet - qui elle-aussi, cite Dominique Loreau ! L'ex-égérie de Karl Lagerfeld apporte aux pensées de l'essayiste française émigrée au Japon une touche de glamour bienvenue où il n'est plus question d'acquérir des basiques noirs tristounets et passe-partout pour "être dans la simplicité" mais de se constituer une garde-robe chic, classique, élégante, intemporelle et furieusement tendance, à l'image de l'ancien mannequin vedette des années 80 (sans ses mensurations, toutefois ;o)) ! Grâce à Inès, on peut effectivement n'avoir que 6 paires de chaussures dans sa penderie, mais des souliers de fashionistas : ballerines, nu-pieds, sandales, mocassins, bottes cavalières et une paire de chaussures rouges. Tous ses conseils portant sur la déco, les vêtements, les sacs, les bijoux et les cosmétiques sont bons à prendre et j'ai beaucoup apprécié qu'elle nous livre ses bons plans et adresses à Paris en fin d'ouvrage, même si les tarifs qui y sont pratiqués sont souvent très élevés. Cependant, si l'on additionne la somme de toutes nos dépenses inutiles faites d'erreurs d'achat et de gadgets éphémères de mauvaise qualité que l'on a accumulés dans nos vies, cela fait longtemps qu'on aurait pu avoir les Louboutin* de nos rêves dans notre armoire !

 

*à remplacer par ce qui vous fait rêver. On peut vivre sans Louboutin ! ;o)

 

(c) All photos: Internet.

Commenter cet article

Adeline 12/08/2011



j'ai tenu un blog plusieurs années, mais cela fait aussi partie des choses sur lesquelles j'ai laché prise et dont je me suis séparé.


 



Laurie 12/08/2011



En faisant des petites recherches sur le kyu lyu bukuro via Google, je suis tombé sur le lien de ce blog. Ayant moi-même lu la plupart des livres de Dominique Loreau, ça m'a fait bien plaisir de
tomber ce soir sur cet article que je trouve aussi intéressant que drôle. Il est vrai que c'est bien de lire les livres de DL avec un oeil critique (comme tout autre livre d'ailleurs). Pour ma
part, "l'art de la simplicité" a réellement "bouleversé" ma vie il y a quelques années. Depuis cette permière lecture, j'ai grandement amélioré mon quotidien en me débarrassant d'un tas de
fouillis et j'ai clarifié mes idées, mes relations... Disons que je me suis vraiment simplifié la vie! Cela dit, ça fait beaucoup de bien de pouvoir lire l'avis d'autres lectrices... Disons que,
d'un coup, ça "déculpabilise", parce que, oui, j'ai opté pour un style de vie simplifié mais moi non plus je n'arrive pas à me résigner aux habits "ternes", à l'idée que toutes les pièces de la
maison soient totalement blanches etc. Donc merci pour cet article, vraiment. Et merci tout de même à Dominique Loreau pour ces ouvrages qui nous apportent une vision autre que celle du monde
occidental.
Il est grand temps que les mentalités changent dans nos pays (je suis une petite belge)
J'aime beaucoup ce blog aussi, il est agréable à parcourir... Ca me donnerait presque envie de blogguer à mon tour ;-)


 



Hélène 13/08/2011



Super! je vais avoir de quoi bouquiner dans les semaines à venir avec cette chère DL ;o) Remarque pas eu besoin de ses livres aujourd'hui pour donner 4 cartons louuuuurds de livres, à ma voisine
de palier pour les livres adultes et à la voisine d'en dessous pour les livres d'enfant ... je me sens légère et heureuse d'avoir désencombré et fait plaisir à quelqu'un (bon pour mon karma ça?!)
En parlant de livre et de karma, un qui est amusant à lire c'est "Maudit Karma" de David Safier, ça détend bien!



Anne-Laure 17/08/2011



Et bien, je me coucherai moins bête ce soir, je viens d'apprendre qui était D. Loreau ! ^^ Et d'ailleurs, petite question ; ses livres (en tout cas celui sur le ménage chez soi et en soi", il
s'adresse aux femmes ou il est mixte ? (Non, non, aucune arrière pensée dans mon petit crâne !!!)


En tout cas, c'est une bonne idée que cette liste des 99 objets. Je découvrirais bien la tienne :)



Banoffee Girl 22/08/2011



Intéressant ma foi :) Me concernant, c'est sans aucun doute le premier livre que je devrais me procurer car chez moi, cela s'appelle bien "corvée" pour une très bonne raison ;) Alors si on me dit
que cela pourrait élever mon esprit, je suis preneuse ^^



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents